Album : Ultra

Année de sortie : 1997

 

 
 

DEPECHE MODE

Home

 

 

 

 

Here is a song
From the wrong side of town
Where I'm bound
To the ground
By the loneliest sound
That pounds from within
And is pinning me down
 
Here is a page
From the emptiest stage
A cage or the heaviest cross ever made
A gauge of the deadliest trap ever laid
 
And I thank you
For bringing me here
For showing me home
For singing these tears
Finally I've found
That I belong here
 
The heat and the sickliest
Sweet smelling sheets
That cling to the backs of my knees
And my feet
But I'm drowning in time
To a desperate beat
 
And I thank you
For bringing me here
For showing me home
For singing these tears
Finally I've found
That I belong
 
Feels like home
I should have known
From my first breath
 
God send the only true friend
I call mine
Pretend that I'll make amends
The next time
Befriend the glorious end of the line
 
And I thank you
For bringing me here
For showing me home
For singing these tears
Finally I've found
That I belong here

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Signalez une erreur, signez le livre d'or, donnez votre avis

 

 

 

 

 

 

Création skyandsummit.com 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici une chanson
Provenant du mauvais coté de la ville
A laquelle je suis lié
Par le lien du sol
Par le plus solitaire des bruits
Qui broie de l’intérieur
Et qui me cloue au sol

Voici une page
Provenant de la plus vide des scènes
Une cage ou la plus lourde des croix jamais faites
Un indicateur du piège le plus mortel jamais posé

Et je te remercie
De m’avoir amené ici
De m’avoir montré ma maison
D’avoir chanté ces larmes
Finalement, j’ai compris
Que j’appartenais à cet endroit

La chaleur et les plus malsains
Doux et odorants draps
Qui s’accrochent à l’arrière de mes genoux
Et de mes pieds
Je me noies dans le temps
D’un battement désespéré

Et je te remercie
De m’avoir amené ici
De m’avoir montré ma maison
D’avoir chanté ces larmes
Finalement, j’ai compris
Que j’appartenais
Que cela sent comme chez moi
J’aurais dû le savoir
Dès ma première respiration

Dieu, envois le seul véritable ami
Que je crois être le mien
Prétends que je ferai amende honorable
La prochaine fois
Viens en aide à la glorieuse fin de la lignée

Et je te remercie
De m’avoir amené ici
De m’avoir montré ma maison
D’avoir chanté ces larmes
Finalement, j’ai compris
Que j’appartenais à cet endroit